picto

Poster une annonce

picto

Connexion

Comès et la guerre – Piconrue- Musée de la Grande Ardenne

Publié le 03.11.2021

Lieu: Bastogne

COMÈS ET LA GUERRE…

…une exposition et une publication au Piconrue – Musée de la Grande Ardenne

Cinq ans après l’exposition rétrospective Didier Comès – L’Encrage ardennais, le Piconrue – Musée de la Grande Ardenne expose à nouveau  Comès.
Cette fois, le Musée met en exergue la représentation de la guerre par le maître du 9e art, à travers une exposition temporaire et une publication.

       

 

En 2014, la Fondation Roi Baudouin confiait au Piconrue – Musée de la Grande Ardenne, un ensemble exceptionnel de plus de 560 planches originales, croquis, scénarios et documentation diverse d’un maître de la bande dessinée d’auteur, Didier Comès (1942-2013), répondant ainsi à la volonté du frère et des sœurs du dessinateur de voir son œuvre pérennisée et valorisée auprès du public.

Le Fonds Comès fait désormais partie intégrante de la politique patrimoniale et culturelle du Musée de la Grande Ardenne qui en assure la conservation et la mise en valeur à travers des expositions, des publications et des prêts à des musées belges et internationaux.

L’obsession de la guerre renvoie aux premières années de la vie de Comès, à sa double-culture, romane et germanique, et à l’histoire politique mouvementée des Cantons de l’Est. Ses premiers dessins s’inscrivent dans une veine réaliste, à l’image du récit non-abouti « …et la neige devint rouge » (1968) ayant pour décor la Bataille des Ardennes. Comès produit ensuite, pour l’hebdomadaire Pilote, des dessins qui ridiculisent l’armée, la violence guerrière et les discours autoritaires, affirmant de manière parfois potache son antimilitarisme, à l’image des caricatures de Hitler et des nazis, dans les Comèseries (1972-1973).

Les albums qui suivront seront tous traversés par la notion de guerre et de conflit : Le Dieu vivant, Le Maître des ténèbres, L’Ombre du corbeau, Silence, La Belette, Eva, L’Arbre-Cœur, Iris, La Maison où rêvent les arbres, Les Larmes du tigre, Dix de der… Qu’il s’agisse de récits situés dans la préhistoire amérindienne, au 20e siècle ou dans un futur de science-fiction, un thème est récurrent : la volonté de domination exercée par les puissants sur des êtres considérés comme inférieurs, et les prétextes, souvent futiles, qui amènent les humains à s’affronter, dégénérant souvent en véritables tragédies.

L’exposition

L’exposition sera présentée du 30 octobre 2021 au 6 février 2022. Elle présentera 70 planches originales à l’encre de Chine, des croquis et des témoignages, dans une scénographie immersive.
   

À noter : L’exposition entend s’inscrire dans la programmation des événements commémoratifs de la Bataille des Ardennes. Les dessins réalisés pour l’album Dix de der évoquent notamment la solitude d’un jeune GI de la 101e Airborne, au milieu des combats, quelque part dans le secteur de Bastogne.

À noter : En 1979, Comès et son ami Hugo Pratt, père de Corto Maltese, envisagent un récit commun sur la Bataille des Ardennes. Si le projet n’aboutit pas, Comès réalise néanmoins quelques croquis originaux pour un documentaire de la RTBF sur les civils dans la guerre et notamment un dessin évoquant un moment tragique vécu par les habitants de Villers-la-Bonne-Eau.

 

La publication

Dans ce dernier tome de sa trilogie Didier Comès, l’encrage ardennais, Albert Moxhet envisage un thème qui, sous des formes diverses, traverse l’ensemble de l’œuvre de son ami Didier : la guerre. Pour des raisons personnelles remontant à l’enfance, l’auteur-dessinateur a été fortement sensibilisé à ce thème et, d’un album à l’autre, en aborde de multiples facettes, dans des contextes historiques autant que privés. Ce faisant, Didier Comès s’immisce profondément dans le monde et la culture qui lui sont contemporains et avec lesquels il était familier. Ce volume propose une recherche sur des éléments et des événements qui, loin de n’être qu’une érudition gratuite, constituent les racines du vécu et du ressenti de l’auteur, en d’autres mots l’univers personnel dans lequel il a créé des œuvres où l’ancrage et l’encrage se rejoignent pour exprimer, dans des récits empreints de fantastique, une réalité qui porte à la réflexion et se nourrit de l’expérience humaine pour préserver le futur (extrait du 4e de couverture).

Didier Comès. L’encrage ardennais, tome 3 : la guerre et autres conflits, par Albert Moxhet, 184 pages, vendu au prix de 25€.

À commander sur le site internet ou enlever à la boutique du Musée.

 

Contact :

Piconrue – Musée de la Grande Ardenne – Place en Piconrue, 2 – 6600 BASTOGNE

www.piconrue.be   info@piconrue.be   061/55 00 55

Sébastien PIERRE – Directeur-Conservateur – s.pierre@piconrue.be

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.